Les années 1896-1914 voient une période de prospérité sans précédent. La France est jusqu'en 1907 le premier producteur mondial d'automobiles et domine le marché de l'aéronautique. Une des conséquences de cet essor économique est le développement de la publicité. Grâce à la baisse du prix du papier, la réclame envahit les murs des villes. Bofa commence à dessiner des affiches en 1903 mais ne se consacre pleinement à cette activité qu'à partir de 1907, d'abord avec l'imprimeur A.G. L'Hoir, puis avec Charles Verneau. La proclamation de foi des "Affiches Gus-Bofa" est simple : "L'affiche Gus-Bofa est gaie, elle fait tache, elle est originale, c'est pourquoi elle arrête les yeux du passant. Elle l'amuse, s'installe dans son esprit, s'y grave par cent détails, aussi sa devise est-elle : frapper l'attention, se fixer dans la mémoire". Jusqu'à la fin des années 20, Bofa réalise presque une centaine d'affiches pour des clients aussi divers que la Belle jardinière, les lampes Sirius ou le chocolat Gala Peter, sans oublier les automobiles Charron ou le théâtre de l'Eldorado.

Retour

Projet d'affiche pour le Salon de l'Araignée, s.d.

Publicité pour Le Chant de l'Equipage, J'ai Vu..., n°151, 6 octobre1917.

Publicité pour Martin Burney, J'Ai Vu..., n°203, 16 mai 1919.

Dessin pour la librairie Terquem, s.d.

Catalogue de la librairie Terquem, 1928.

Catalogue de la librairie Terquem, s.d.

Publicité pour Le Sourire, 14 juillet 1912.

Réclame pour Chez les Toubibs, in Le Rire Rouge, 9 février 1918.

Illustration pour une chanson de Pierre Mac Orlan.

Publicité pour l'Edition Française Illustrée

Publicité pour l'Edition Française Illustrée (détail)

Affiche pour le Salon de l'Araignée

Sous-bock, La Machine, 1997.

Badge de la Journée des Artistes, noël 1916.

Badge de la Journée des artistes, Noël 1916.

Publicité pour Le Sourire s.d..

crédits